Guide en ligne sur le financement participatif immobilier

Le financement participatif ou crowdfunding est une technique innovante permettant d’obtenir une nouvelle source de financement élargie pour la réalisation d’un projet immobilier. Le système de financement participatif permet de recevoir d’un large public des ressources financières collectives sur le web. Si vous voulez profiter de ce financement, profitez d’un meilleur guide.

Financement participatif immobilier : d’un fonctionnement facile

Le financement participatif, crowdfunding ou crowfunding permet à un promoteur d’un projet immobilier de collecter des fonds du grand public. Il existe trois moyens pour le faire : le don, le prêt et l’investissement. Pour le don, il existe deux catégories : le don sans contrepartie et le don avec contrepartie. Le don en l’absence de contrepartie concerne surtout des activités sociales tandis que celui avec contrepartie est fait souvent à titre de prévente au profit du donateur. Pour le prêt, il peut revêtir quatre formes : d’un prêt à intérêt gratuit, d’un prêt rémunéré, d’un minibon ou d’une obligation. Pour le prêt à intérêt gratuit, le capital sera toujours remboursé au contributeur sans qu’il perçoive d’intérêt comme à la banque. Par contre, pour le prêt rémunéré, ceci est fait souvent pour les TPE et PME. Le prêt peut être débloqué instantanément. Quant au minibon, il s’agit d’une reconnaissance d’une dette commerciale avec intérêts de plus de 3 ans. Le promoteur pourra bénéficier d’un financement sans plafond grâce aux minibons. Pour les obligations, elles peuvent être simples ou convertibles. Ces obligations permettent au promoteur d’amasser beaucoup de fonds. En ce qui concerne l’investissement, cette plateforme permet à une entreprise ou à une startup de faire une collecte de fonds pour son capital. L’investissement prend la forme de titres financiers comme les actions, les actions à dividende prioritaire ou autres titres participatifs. Si vous voulez plus d’informations, cliquez ici.

Financement participatif immobilier : une solution avantageuse pour le promoteur

Le crowdfunding immobilier permet d’utiliser l’endettement comme un levier pour rentabiliser les fonds investis. Pour un problème de rallongement du temps de production immobilière et de vente d’appartements, le financement participatif immobilier permet au promoteur d’avoir des sources de financements alternatifs pour les constructions. La majorité des banques subordonne l’octroi d’un prêt immobilier par l’existence d’important fonds propre. Les promoteurs peuvent se servir du crowdfunding pour obtenir ces fonds. Il en est de même pour la résolution des autres problèmes comme celles des demandes de permis de construction. Par ailleurs, ce financement favorise la réussite du placement immobilier. Il permet également de passer des financements traditionnels peu rentables. Ainsi, le crowdfunding immobilier offre une accessibilité plus grande à l’investissement immobilier pour les promoteurs modestes. En matière fiscale, ce système de financement échappe au paiement de certains impôts comme l’impôt sur la fortune immobilière. De plus, le promoteur a certainement la conduite de ses affaires tout en étant accompagné des professionnels de la plateforme de financement en ligne gratuite. De telles manières, le promoteur pourra augmenter rapidement le nombre de logements construits dans un temps relativement court. Il en est de même pour les chiffres d’affaires et les économies. Ce système de diversification de portefeuille permet au promoteur d’augmenter efficacement des investissements alternatifs tout en créant une solide et pertinente plateforme financière en ligne.

Financement participatif immobilier : un investissement à risque mieux contrôlé

Comme dans toutes les affaires, le projet immobilier à financer avec la plateforme de financement de crowfunding est souvent sujet à des risques. Le financement participatif reste encore un secteur non règlementé. Toutefois, il faut créer une véritable relation de confiance avec la collectivité des bailleurs de fonds de cette plateforme financière. La règlementation financière avait mis en place des organismes publics de contrôle et d’accompagnement. Ils s’agissent du Conseiller en Investissement Participatif ou CIP et de l’Intermédiaire en Financement Participatif ou IFP. Ces organismes financiers sont sous le contrôle de l’Autorité des Marchés Financiers ou AMF. Toutefois, la majorité des mesures prises par cette règlementation vise à faciliter l’accès à l’investissement malgré son objectif de protection des participants. Il appartient au CIP de fixer le seuil maximal autorisé de levée de fonds. Ce conseil encadre le promoteur immobilier tout en examinant les risques liés au projet avant de rendre l’offre accessible au public. Une étape de validation des risques est obligatoire pour le promoteur s’il ne veut pas être obligé de demander le visa de l’AMF. Si le promoteur veut s’élargir à l’étranger, la plateforme devra avoir le statut de prestataire de service d’investissement ou PSI. Par conséquent, les plateformes de crowdfunding immobilier doivent avoir le statut de PSI, d’IFP ou de CIP pour être autorisée à exercer ses activités. Elles ont également l’obligation de s’immatriculer auprès de l’ORIAS.

Financement participatif immobilier : les démarches astucieuses pour réussir

Pour réussir sa plateforme financière, le promoteur doit faire une campagne percutante de son projet. Ainsi, il doit faire une bonne présentation du projet. Les contributeurs ont besoin de savoir avec précision tous les détails d’informations concernant la plateforme de crowdfundig immobilier. Le promoteur doit adopter une démarche transparente pour présenter les utilisations des fonds à collecter. Cette transparence doit gouverner la campagne et la gestion de la plateforme. Les contreparties à octroyer à chaque contributeur doivent être exposées clairement. Par ailleurs, le promoteur doit également faire preuve de créativité et d’originalité durant sa campagne. Il faut s’assurer aussi du timing. Une meilleure campagne se prépare avec le temps. Pour cela, il faut que le promoteur et son équipe fassent preuve d’une grande disponibilité de temps pour se communiquer avec les contributeurs. Il faut consacrer tout au moins deux heures par jour pour sa plateforme de financement participatif en ligne. Il faut également bien choisir la saison favorable pour le lancement de la campagne. Une campagne tombée au mauvais moment a peu de chance à réussir. Toutefois, il est beaucoup plus rentable si le promoteur essaye de bien cadrer sa campagne. Il ne faut pas qu’il traine trop longtemps sur la collecte des fonds. De plus, il faut avoir des objectifs réalistes, quantifiables et bien mesurés. Enfin, il ne faut pas faire trop de promesses irréalistes pour mieux conquérir la confiance des contributeurs.